Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère.

Vol 1 : Page 301 à 325


Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865)

p301

Je passe sous silence la partie relative aux dates et autres formalités administratives et fiscales, et j' arrive à cet article : " le brevet ne garantit point l' invention. " sans doute la société, ou le prince qui la représente, ne peut ni ne doit garantir l' invention, puisqu' en concédant un monopole de quatorze ans, la société devient acquéreur du privilége, et qu' en conséquence c' est au breveté à fournir la garantie. Comment donc des législateurs peuvent-ils, tout glorieux, s' en venir dire à leurs commettants : nous avons traité en votre nom avec un inventeur ; il s' oblige à vous faire jouir de sa découverte sous la réserve d' en avoir l' exploitation exclusive pendant quatorze ans. Mais nous ne garantissons pas l' invention ! -et sur quoi donc avez-vous tablé, législateurs ? Comment n' avez-vous pas vu que sans une garantie d' invention, vous concédiez un privilége, non plus pour une découverte réelle, mais pour une découverte possible, et qu' ainsi le champ de l' industrie était aliéné par vous avant que la charrue fût trouvée ? Certes, votre devoir vous commandait d' être prudents ; mais qui vous a donné le mandat d' être dupes ? Ainsi, le brevet d' invention n' est pas même une prise de date, c' est une aliénation anticipée. Comme si la loi disait : j' assure la terre au premier occupant, mais sans en garantir la qualité, le lieu, ni même l' existence ; sans que je sache si je dois l' aliéner, si elle peut tomber dans l' appropriation ! Plaisant usage de la puissance législative ! Je sais que la loi avait d' excellentes raisons pour s' abstenir ; mais je soutiens qu' elle en avait d' aussi bonnes pour intervenir. Preuve : " on ne peut pas se le dissimuler, dit M Renouard, on ne peut pas l' empêcher : ... etc. " autant vaudrait dire : c' est au bon sens public à distinguer les vrais remèdes d' avec les faux, le vin naturel du vin frelaté ; c' est au bon sens public à distinguer sur une boutonnière la décoration donnée au mérite, d' avec celle prostituée à la médiocrité et à l' intrigue. Pourquoi donc vous appelez-vous l' état, le pouvoir, l' autorité, la police, si la police doit être faite par le bon sens public ?

p302

" comme on dit : qui terre a guerre a ; de même, qui a privilége a procès. " eh ! Comment jugerez-vous la contrefaçon, si vous n' avez point de garantie ? En vain l' on vous alléguera, en droit la prime-occupation, en fait la similitude. Là où la qualité de la chose en constitue la réalité même, ne pas exiger de garantie, c' est n' octroyer de droit sur rien, c' est s' enlever le moyen de comparer les procédés et de constater la contrefaçon. En matière de procédés industriels, le succès tient à si peu de chose ! Or, ce si peu de chose, c' est tout. Je conclus de tout cela que la loi sur les brevets d' invention, indispensable dans ses motifs, est impossible, c' est-à-dire illogique, arbitraire, funeste, dans son économie. Sous l' empire de certaines nécessités, le législateur a cru, dans l' intérêt général, accorder un privilége pour une chose déterminée ; et il se trouve qu' il a donné un blanc-seing au monopole, qu' il a abandonné les chances qu' avait le public de faire la découverte ou toute autre analogue, qu' il a sacrifié sans compensation les droits des concurrents, et livré sans défense à la cupidité des charlatans la bonne foi des consommateurs. Puis, afin que rien ne manquât à l' absurdité du contrat, il a dit à ceux qu' il devait garantir : garantissez-vous vous-mêmes ! Je ne crois pas plus que M Renouard que les législateurs de tous les temps et de tous les pays aient commis à leur escient une spoliation, en consacrant les divers monopoles sur lesquels pivote l' économie publique. Mais M Renouard pourrait bien aussi convenir avec moi que les législateurs de tous les temps et de tous les pays n' ont jamais rien compris à leurs propres décrets. Un homme sourd et aveugle avait appris à sonner les cloches et à remonter l' horloge de sa paroisse. Ce qu' il y avait de commode pour lui dans ses fonctions de sonneur, c' est que ni le bruit des cloches, ni la hauteur du clocher, ne lui donnaient de vertiges. Les législateurs de tous les temps et de tous les pays, pour lesquels je professe avec M Renouard le plus profond respect, ressemblent à cet aveugle-sourd : ce sont les jaquemards de toutes les folies humaines. Quelle gloire pour moi, si je venais à bout de faire réfléchir ces automates ! Si je pouvais leur faire comprendre que leur ouvrage

p303

est une toile de Pénélope, qu' ils sont condamnés à défaire par un bout, tandis qu' ils la continuent par l' autre ! Ainsi, pendant qu' on applaudit à la création des brevets, sur d' autres points on demande l' abolition des priviléges, et toujours avec le même orgueil, le même contentement. M Horace Say veut que le commerce de la viande soit libre. Entre autres raisons, il fait valoir cet argument tout mathématique : " le boucher qui veut se retirer des affaires cherche un acquéreur pour son fonds ; il porte en ligne de compte ses ustensiles, ses marchandises, sa réputation et sa clientèle ; mais, dans le régime actuel, il y ajoute la valeur du titre nu, c' est-à-dire du droit de prendre part à un monopole. Or, ce capital supplémentaire, que le boucher acquéreur donne pour le titre, porte intérêt : ce n' est pas une création nouvelle : il faut qu' il fasse entrer cet intérêt dans le prix de sa viande. Donc, la limitation dans le nombre des étaux est de nature à faire augmenter le prix de la viande plutôt qu' à le faire baisser. " je ne crains pas d' affirmer en passant que ce que je dis là sur la vente de l' étal d' un boucher s' applique à toute charge quelconque ayant un titre vénal. " les raisons de M Horace Say, pour l' abolition du privilége de la boucherie, sont sans réplique : de plus, elles s' appliquent aux imprimeurs, notaires, avoués, huissiers, greffiers, commissaires- priseurs, courtiers, agents de change, pharmaciens et autres, aussi bien qu' aux bouchers. Mais elles ne détruisent pas les raisons qui ont fait adopter ces monopoles, et qui se déduisent généralement du besoin de sécurité, d' authenticité, de régularité pour les transactions, comme des intérêts du commerce et de la santé publique. -le but, dites-vous, n' est pas atteint. -mon dieu ! Je le sais : laissez la boucherie à la concurrence, vous mangerez des charognes ; établissez un monopole de la boucherie, vous mangerez des charognes. Voilà l' unique fruit que vous puissiez espérer de votre législation de monopole et de brevets. Abus ! S' écrient les économistes réglementateurs. Créez pour le commerce une police de surveillance, rendez obligatoires les marques de fabrique, punissez la falsification des produits, etc. Dans la voie où la civilisation est engagée, de quelque côté que l' on se tourne, on aboutit donc toujours, ou au despotisme du

p304

monopole, par conséquent à l' oppression des consommateurs ; ou bien à l' annihilation du privilége par l' action de la police, ce qui est rétrograder dans l' économie, et dissoudre la société en détruisant la liberté. Chose merveilleuse ! Dans ce système de libre industrie, les abus, comme une vermine pédiculaire, renaissant de leurs propres remèdes, si le législateur voulait réprimer tous les délits, surveiller toutes les fraudes, assurer contre toute atteinte les personnes, les propriétés et la chose publique, de réforme en réforme, il arriverait à multiplier à tel point les fonctions improductives, que la nation entière y passerait, et qu' à la fin il ne resterait personne pour produire . Tout le monde serait de la police : la classe industrielle deviendrait un mythe. Alors, peut-être, l' ordre régnerait dans le monopole. " le principe de la loi à faire sur les marques de fabrique, dit M Renouard, est que ces marques ne peuvent ni ne doivent être transformées en garanties de qualité. " c' est une conséquence de la loi des brevets, laquelle, ainsi qu' on a vu, ne garantit pas l' invention. Adoptez le principe de M Renouard : à quoi dès lors serviront les marques ? Que m' importe de lire sur le liége d' une bouteille, au lieu de vin à douze ou vin à quinze , société oenophile, ou telle autre fabrique qu' on voudra ? Ce dont je me soucie n' est pas le nom du marchand, c' est la qualité et le juste prix de la marchandise. On suppose, il est vrai, que le nom du fabricant sera comme un signe abrégé de bonne ou mauvaise fabrication, de qualité supérieure ou faible. Pourquoi donc ne pas se ranger franchement à l' avis de ceux qui demandent, avec la marque d' origine , une marque significative ? Une telle réserve ne se comprend pas. Les deux espèces de marques ont le même but ; la seconde n' est qu' un exposé ou paraphrase de la première, un abrégé de prospectus du négociant : pourquoi, encore une fois, si l' origine signifie quelque chose, la marque ne déterminerait-elle pas cette signification ? M Wolowski a très-bien développé cette thèse dans son discours d' ouverture de I 843- 44, dont la substance est toute dans cette analogie : " de même, dit M Wolowski, que le gouvernement a pu déterminer un critérium de quantité , il peut, il doit aussi fixer un critérium de qualité ; l' un de ces critérium est le complément nécessaire de l' autre. L' unité monétaire, le système des poids et

p305

mesures, n' a porté aucune atteinte à la liberté industrielle ; le régime des marques ne le blesserait pas davantage. " M Wolowski s' appuie ensuite de l' autorité des princes de la science, A Smith et J-B Say : précaution toujours utile, avec des auditeurs soumis à l' autorité beaucoup plus qu' à la raison. Je déclare, quant à moi, que je partage tout à fait l' idée de M Wolowski, et cela, parce que je la trouve profondément révolutionnaire. La marque, n' étant autre chose, selon l' expression de M Wolowski, qu' un critérium des qualités, équivaut pour moi à une tarification générale. Car, que ce soit une régie particulière qui marque au nom de l' état et garantisse la qualité des marchandises, comme cela a lieu pour les matières d' or et d' argent, ou que le soin de la marque soit abandonné au fabricant ; du moment que la marque doit donner la composition intrinsèque de la marchandise / ce sont les propres mots de M Wolowski /, et garantir le consommateur contre toute surprise, elle se résout forcément en prix fixe. Elle n' est pas la même chose que le prix : deux produits similaires, mais d' origine et de qualité différentes, peuvent être de valeur égale ; une pièce de bourgogne peut valoir une pièce de bordeaux ; -mais la marque, étant significative, conduit à la connaissance exacte du prix, puisqu' elle en donne l' analyse. Calculer le prix d' une marchandise, c' est la décomposer en ses parties constituantes ; or, c' est précisément ce que doit faire la marque de fabrique, si on veut qu' elle signifie quelque chose. Nous marchons donc, comme j' ai dit, à une tarification générale. Mais une tarification générale, ce n' est pas autre chose qu' une détermination de toutes les valeurs, et voilà de nouveau l' économie politique en contradiction dans ses principes et ses tendances. Malheureusement, pour réaliser la réforme de M Wolowski, il faut commencer par résoudre toutes les contradictions antérieures, et se placer dans une sphère d' association plus haute : et c' est ce manque de solution qui a soulevé contre le système de M Wolowski la réprobation de la plupart de ses confrères économistes. En effet, le régime des marques est inapplicable dans l' ordre actuel, parce que ce régime, contraire aux intérêts des fabricants, répugnant à leurs habitudes, ne pourrait subsister que par la volonté énergique du pouvoir. Supposons pour un moment que la régie soit chargée d' apposer les marques : il faudra que ses agents

p306

interviennent à chaque moment dans le travail, commm il en intervient dans le commerce des boissons et la fabrication de la bière ; encore ces derniers, dont l' exercice paraît déjà si importun et si vexatoire, ne s' occupent-ils que des quantités imposables, non des qualités échangeables. Il faudra que ces contrôleurs et vérificateurs fiscaux portent leur investigation sur tous les détails, afin de réprimer et prévenir la fraude ; et quelle fraude ? Le législateur ne l' aura pas ou l' aura mal définie : c' est ici que la besogne devient effrayante. Il n' y a pas fraude à débiter du vin de la dernière qualité, mais il y a fraude à faire passer une qualité pour une autre : vous voilà donc obligé de différencier les qualités des vins, et par conséquent de les garantir. -est-ce frauder que de faire des mélanges ? Chaptal, dans son traité de l' art de fabriquer le vin, les conseille comme éminemment utiles ; d' autre part, l' expérience prouve que certains vins, en quelque sote antipathiques l' un à l' autre ou inassociables, produisent par leur mélange une boisson désagréable et malsaine. Vous voilà obligé de dire quels vins peuvent être utilement mélangés, quels ne le peuvent pas. Est-ce frauder que d' aromatiser, alcooliser, mouiller les vins ? Chaptal le recommande encore ; et tout le monde sait que cette droguerie produit tantôt des résultats avantageux, tantôt des effets pernicieux et détestables. Quelles substances allez-vous proscrire ? Dans quels cas ? En quelle proportion ? Défendrez-vous la chicorée au café, la glucose à la bière, l' eau, le cidre, le trois-six au vin ? La chambre des députés, dans l' essai informe de loi qu' il lui a plu de faire cette année sur la falsification des vins, s' est arrêtée au beau milieu de son oeuvre, vaincue par les difficultés inextricables de la question. Elle a bien pu déclarer que l' introduction de l' eau dans le vin, et celle de l' alcool au delà d' une proportion de I 8 pioo, était fraude, puis mettre cette fraude dans la catégorie des délits. Elle était sur le terrain de l' idéologie : là on ne trouve jamais d' encombre. Mais tout le monde a vu dans ce redoublement de sévérité l' intérêt du fisc bien plus que celui du consommateur ; mais la chambre n' a pas osé créer, pour surveiller et constater la fraude, toute une armée de gourmets, de vérificateurs, etc., et charger le budget de quelques nouveaux millions ; mais en prohibant le mouillage et l' alcoolisation, seul moyen qui

p307

reste aux marchands-fabricants de mettre le vin à la portée de tout le monde et de réaliser des bénéfices, elle n' a pas pu élargir le débouché par un dégrèvement dans la production. La chambre, en un mot, en poursuivant la falsification des vins, n' a fait que reculer les limites de la fraude. Pour que son oeuvre remplît le but, il fallait au préalable dire comment le commerce des vins est possible sans falsification, comment le peuple peut acheter du vin non falsifié : ce qui sort de la compétence et échappe à la capacité de la chambre. Si vous voulez que le consommateur soit garanti, et sur la valeur, et sur la salubrité, force vous est de connaître et de déterminer tout ce qui constitue la bonne et sincère production, d' être à toute heure sur les bras du fabricant, de le guider à chaque pas. Ce n' est plus lui qui fabrique ; c' est vous, l' état, qui êtes le vrai fabricant. Vous voilà donc tombé dans le traquenard. Ou vous entravez la liberté du commerce en vous immisçant de mille manières dans la production, ou vous vous déclarez seul producteur et seul marchand. Dans le premier cas, en vexant tout le monde, vous finirez par soulever tout le monde ; et tôt ou tard, l' état se faisant expulser, les marques de fabrique seront abolies. Dans le second, vous substituez partout l' action du pouvoir à l' initiative individuelle : ce qui est contre les principes de l' économie politique et la constitution de la société. Prenez-vous un milieu ? C' est la faveur, le népotisme, l' hypocrisie, le pire des systèmes. Supposons maintenant que la marque soit abandonnée aux soins du fabricant. Je dis qu' alors les marques, même en les rendant obligatoires, perdront peu à peu leur signification , et ne seront plus à la fin que des preuves d' origine . C' est connaître bien peu le commerce que de s' imaginer qu' un négociant, un chef de manufacture, faisant usage de procédés non susceptibles de brevet, ira trahir le secret de son industrie, de ses profits, de son existence. La signification sera donc mensongère : il n' est pas au pouvoir de la police qu' il en soit autrement. Les empereurs romains, pour découvrir les chrétiens qui dissimulaient leur religion, obligèrent tout le monde à sacrifier aux idoles. Ils firent des apostats et des martyrs ; et le nombre des chrétiens ne fit que

p308

s' accroître. De même les marques significatives, utiles à quelques maisons, engendreront des fraudes et des répressions sans nombre : c' est tout ce qu' il faut en attendre. Pour que le fabricant indique loyalement la composition intrinsèque, c' est-à -dire la valeur industrielle et commerciale de sa marchandise, il faut lui ôter les périls de la concurrence et satisfaire ses instincts de monopole : le pouvez-vous ? Il faut en outre intéresser le consommateur à la répression de la fraude ; ce qui, tant que le producteur n' aura pas été pleinement désintéressé, est tout à la fois impossible et contradictoire. Impossible : posez d' une part un consommateur dépravé, la Chine ; de l' autre un débitant aux abois, l' Angleterre ; entre deux, une drogue vénéneuse procurant l' exaltation et l' ivresse ; et malgré toutes les polices du monde, vous aurez le commerce de l' opium. -contradictoire : dans la société, le consommateur et le producteur ne font qu' un, c' est-à-dire que tous deux sont intéressés à produire ce dont la consommation leur est nuisible ; et comme pour chacun la consommation suit la production et la vente, tous pactiseront pour sauvegarder le premier intérêt, sauf à se mettre respectivement en garde sur le second. La pensée qui a suggéré les marques de fabrique est de même souche que celle qui, autrefois, dicta les lois de maximum. C' est encore ici un des innombrables carrefours de l' économie politique. Il est constant que les lois de maximum, toutes faites et très-bien motivées par leurs auteurs dans la vue de remédier à la disette, ont eu pour résultat invariable d' empirer la disette. Aussi, n' est-ce pas d' injustice ou de mauvais vouloir que les économistes les accusent, ces lois abhorrées ; c' est de maladresse, d' impolitique. Mais quelle contradiction dans la théorie qu' ils leur opposent ! Pour remédier à la disette, il faut appeler les subsistances, ou, pour mieux dire, les faire paraître au jour ; jusque-là, rien à reprendre. Pour que les subsistances se produisent, il faut attirer les détenteurs par le bénéfice, exciter leur concurrence, et leur assurer liberté complète sur le marché : ce procédé ne vous semble-t-il pas de la plus absurde homoeopathie ? Comment concevoir que plus aisément on pourra me rançonner, plus tôt je serai pourvu ? Laissez faire, dit-on, laissez passer ; laissez agir la concurrence et le monopole, surtout dans les temps de disette, et alors même

p309

que la disette est l' effet de la concurrence et du monopole. Quelle logique ! Mais surtout quelle morale ! Mais pourquoi donc ne ferait-on pas un tarif pour les fermiers, comme il en existe un pour les boulangers ? Pourquoi pas un contrôle de la semaille, de la moisson, de la vendange, dourage et du bétail, comme un timbre pour les journaux, les circulaires et les mandats, comme une régie pour les brasseurs et les marchands de vin ? ... dans le système du monopole, ce serait, j' en conviens, un surcroît de tourments ; mais avec nos tendances de commerce déloyal et la disposition du pouvoir à augmenter sans cesse son personnel et son budget, une loi d' inquisition sur les récoltes devient chaque jour plus indispensable. Au surplus, il serait difficile de dire lequel, du libre commerce ou du maximum, engendre le plus de mal dans les temps de disette. Mais quelque parti que vous choisissiez, et vous ne pouvez fuir l' alternative, la déception est sûre, et le désastre immense. Avec le maximum, les denrées se cachent ; la terreur grossissant par l' effet même de la loi, le prix des subsistances monte, monte ; bientôt la circulation s' arrête, et la catastrophe suit, prompte et impitoyable comme une razzia. Avec la concurrence, la marche du fléau est plus lente, mais non pas moins funeste : que de gens épuisés ou morts de faim avant que la hausse ait attiré les comestibles ! Que d' autres rançonnés après qu' ils sont venus ! C' est l' histoire de ce roi à qui Dieu, en punition de son orgueil, offrit l' alternative de trois jours de peste, trois mois de famine, ou trois années de guerre. David choisit le plus court : les économistes préfèrent le plus long. L' homme est si misérable, qu' il aime mieux finir par la phthisie que par l' apoplexie : il lui semble qu' il ne meurt pas autant. Voilà la raison qui a fait tant exagérer les inconvénients du maximum et les bienfaits du commerce libre. Du reste, si la France, depuis vingt-cinq ans, n' a pas ressenti de disette générale, la cause n' en est point à la liberté du commerce, qui sait très-bien, quand il veut, produire dans le plein le vide, et au sein de l' abondance faire régner la famine : elle est due au perfectionnement des voies de communication qui , abrégeant les distances, ramènent bientôt l' équilibre un moment troublé par une pénurie locale. Exemple éclatant de cette triste vérité, que dans la

p310

société le bien général n' est jamais l' effet d' une conspiration des volontés particulières ! Plus on approfondit ce système de transactions illusoires entre le monopole et la société, c' est-à-dire, comme nous l' avons expliqué au (..) de ce chapitre, entre le capital et le travail, entre le patriciat et le prolétariat : plus on découvre que tout y est prévu, réglé, exécuté d' après cette maxime infernale, que ne connurent point Hobbes et Machiavel, ces théoriciens du despotisme : tout par le peuple et contre le peuple. Pendant que le travail produit, le capital, sous le masque d' une fausse fécondité, jouit et abuse : le législateur, en offrant sa médiation, a voulu rappeler le privilégié aux sentiments fraternels et entourer de garanties le travailleur ; et maintenant il se trouve, par la contradiction fatale des intérêts, que chacune de ces garanties est un instrument de supplice. Il faudrait cent volumes, la vie de dix hommes, et une poitrine de fer, pour raconter à ce point de vue les crimes de l' état envers le pauvre, et la variété infinie de ses tortures. Un coup d' oeil sommaire sur les principales catégories de la police, suffira pour nous en faire apprécier l' esprit et l' économie. Après avoir, par un chaos de lois civiles, commerciales, administratives, jeté le trouble dans les esprits, rendu plus obscure la notion du juste en multipliant la contradiction, et rendu nécessaire pour expliquer ce système toute une caste d' interprètes, il a fallu organiser encore la répression des délits et pourvoir à leur châtiment. La justice criminelle, cet ordre si riche de la grande famille des improductifs, et dont l' entretien coûte chaque année plus de 3 o millions à la France, est devenue pour la société un principe d' existence aussi nécessaire que le pain l' est à la vie de l' homme ; mais avec cette différence que l' homme vit du produit de ses mains, tandis que la société dévore ses membres et se nourrit de sa propre chair. On compte, suivant quelques économistes : (..) . Mais ces chiffres manquent d' exactitude, et, tout effrayants qu' ils

p311

semblent, n' expriment pas le degré réel de la perversion sociale par la police. Ce n' est pas seulement le nombre des coupables reconnus qu' il s' agit ici de déterminer, c' est celui des délits. Le travail des tribunaux criminels n' est qu' un mécanisme particulier qui sert à mettre en relief la destruction morale de l' humanité sous le régime du monopole ; mais cette exhibition officielle est loin d' embrasser le mal dans toute son étendue. Voici d' autres chiffres qui pourront nous conduire à une approximation plus certaine. Les tribunaux correctionnels de Paris ont jugé : (..). Supposons que la progression ait continué jusqu' en I 846, et qu' à ce total d' affaires correctionnelles on ajoute celles de cours d' assises, de simple police, et tous les délits non connus ou laissés impunis, délits dont la quantité dépasse, au dire des magistrats, de beaucoup le nombre de ceux que la justice atteint, on arrivera à cette conclusion qu' il se commet en un an, dans la ville de Paris, plus d' infractions à la loi qu' il ne s' y trouve d' habitants. Et comme, parmi les auteurs présumés de ces infractions, il faut nécessairement déduire les enfants de 7 ans et au-dessous, qui sont hors des limites de la culpabilité, on devra compter que chaque citoyen adulte est, trois ou quatre fois en un an, coupable envers l' ordre établi. Ainsi, le système propriétaire ne se soutient, à Paris, que par une consommation annuelle d' un ou deux millions de délits ! Or, quand tous ces délits seraient le fait d' un seul homme, l' argument subsisterait toujours : cet homme serait le bouc émissaire chargé des péchés d' Israël : qu' importe le nombre des coupables, dès lors que la justice a son contingent ? La violence, le parjure, le vol, l' escroquerie, le mépris des personnes et de la société sont tellement de l' essence du monopole ; ils en découlent d' une manière si naturelle, avec une régularité si parfaite, et selon des lois si sûres, qu' on a pu en soumettre la perpétration au calcul, et que, le chiffre d' une population, l' état de son industrie et de ses lumières étant donnés, on en déduit rigoureusement

p312

la statistique de la morale. Les économistes ne savent pas encore quel est le principe de la valeur ; mais ils connaissent, à quelques décimales près, la proportionnalité du crime. Tant de mille âmes, tant de malfaiteurs, tant de condamnations : cela ne trompe pas. C' est une des plus belles applications du calcul des probabilités, et la branche la plus avancée de la science économique. Si le socialisme avait inventé cette théorie accusatrice, tout le monde eût crié à la calomnie. Qu' y a-t-il là, au surplus, qui doive nous surprendre ? Comme la misère est un résultat nécessaire des contradictions de la société, résultat qu' il est possible de déterminer, d' après le taux de l' intérêt , le chiffre des salaires et les prix du commerce, mathématiquement ; ainsi les crimes et délits sont un autre effet de ce même antagonisme, susceptible, comme sa cause, d' être apprécié par le calcul. Les matérialistes ont tiré les conséquences les plus niaises de cette subordination de la liberté aux lois des nombres : comme si l' homme n' était pas sous l' influence de tout ce qui l' environne, et que ce qui l' environne étant régi par des lois fatales, il ne devait pas éprouver, dans ses manifestations les plus libres, le contre-coup de ces lois ! Le même caractère de nécessité que nous venons de signaler dans l' établissement et l' alimentation de la justice criminelle, se rencontre, mais sous un aspect plus métaphysique, dans sa moralité. De l' avis de tous les moralistes, la peine doit être telle qu' elle procure l' amendement du coupable, et conséquemment qu' elle s' éloigne de tout ce qui pourrait entraîner sa dégradation. Loin de moi la pensée de combattre cette tendance heureuse des esprits, et de dénigrer des essais qui eussent fait la gloire des plus grands hommes de l' antiquité . La philanthropie, malgré le ridicule qui parfois s' attache à son nom, restera, aux yeux de la postérité, comme le trait le plus honorable de notre époque : l' abolition de la peine de mort , seulement ajournée ; celle de la marque ; les études faites sur le régime cellulaire, l' établissement d' ateliers dans les prisons, une foule d' autres réformes que je ne puis même citer, témoignent d' un progrès réel dans nos idées et dans nos moeurs. Ce que l' auteur du christianisme, dans un élan de sublime amour, racontait de son mystique royaume, où le pécheur repenti devait

p313

être glorifié par-dessus le juste innocent, cette utopie de la charité chrétienne est devenue le voeu de notre société incrédule ; et quand on songe à l' unanimité de sentiments qui règne à cet égard, on se demande avec surprise qui donc empêche que ce voeu ne soit rempli ? Hélas ! C' est que la raison est encore plus forte que l' amour, et la logique plus tenace que le crime ; c' est qu' il règne ici, comme partout, une contradiction insoluble dans notre civilisation. Ne nous égarons pas dans des mondes fantastiques ; embrassons, dans sa nudité affreuse, le réel. Le crime fait la honte, et non pas l' échafaud, dit le proverbe. Par cela seul que l' homme est puni, pourvu qu' il ait mérité de l' être, il est dégradé : la peine le rend infâme, non pas en vertu de la définition du code, mais en raison de la faute qui a motivé la punition. Qu' importe donc la matérialité du supplice ? Qu' importent tous vos systèmes pénitenciers ? Ce que vous en faites est pour satisfaire votre sensibilité, mais est impuissant pour réhabiliter le malheureux que votre justice frappe. Le coupable, une fois flétri par le châtiment, est incapable de réconciliation ; sa tache est indélébile, et sa damnation éternelle. S' il se pouvait qu' il en fût autrement, la peine cesserait d' être proportionnée au délit ; ce ne serait plus qu' une fiction, ce ne serait rien. Celui que la misère a conduit au larcin, s' il se laisse atteindre par la justice, reste à jamais l' ennemi de Dieu et des hommes ; mieux eût valu pour lui ne pas venir au monde : c' est Jésus-Christ qui l' a dit : /... /. Et ce qu' a prononcé Jésus-Christ, chrétiens et mécréants n' y font faute : l' irrémissibilité de la honte est, de toutes les révélations de l' évangile, la seule qu' ait entendue le monde propriétaire. Ainsi, séparé de la nature par le monopole, retranché de l' humanité par la misère, mère du délit et de la peine, quel refuge reste au plébéien que le travail ne peut nourrir, et qui n' est point assez fort pour prendre ? Pour conduire cette guerre offensive et défensive contre le prolétariat, une force publique était indispensable : le pouvoir exécutif est sorti des nécessités de la législation civile, de l' administration

p314

et de la justice. Et là encore les plus belles espérances se sont changées en amères déceptions. Comme le législateur, comme le bourgmestre et comme le juge, le prince s' est posé en représentant de l' autorité divine. Défenseur du pauvre, de la veuve et de l' orphelin, il a promis de faire régner autour du trône la liberté et l' égalité, de venir en aide au travail, et d' écouter la voix du peuple. Et le peuple s' est jeté avec amour dans les bras du pouvoir ; et quand l' expérience lui a fait sentir que le pouvoir était contre lui, au lieu de s' en prendre à l' institution, il s' est mis à accuser le prince, sans vouloir jamais comprendre que, le prince étant, par nature et destination , le chef des improductifs et le plus gros des monopoleurs, il était impossible, malgré qu' il en eût, qu' il prît fait et cause pour le peuple. Toute critique, soit de la forme, soit des actes du gouvernement, aboutit à cette contradiction essentielle. Et lorsque de soi-disant théoriciens de la souveraineté du peuple prétendent que le remède à la tyrannie du pouvoir consiste à le faire émaner du suffrage populaire, ils ne font, comme l' écureuil, que tourner dans leur cage. Car du moment que les conditions constitutives du pouvoir, c' est-à-dire l' autorité, la propriété, la hiérarchie, sont conservées, le suffrage du peuple n' est plus que le consentement du peuple à son oppression : ce qui est du plus niais charlatanisme. Dans le système de l' autorité, quelle que soit d' ailleurs son origine, monarchique ou démocratique, le pouvoir est l' organe noble de la société ; c' est par lui qu' elle vit et se meut ; toute initiative en émane ; tout ordre, toute perfection sont son ouvrage. D' après les définitions de la science économique, au contraire, définitions conformes à la réalité des choses, le pouvoir est la série des improductifs que l' organisation sociale doit tendre indéfiniment à réduire. Comment donc, avec le principe d' autorité si cher aux démocrates, le voeu de l' économie politique, voeu qui est aussi celui du peuple, pourrait-il se réaliser ? Comment le gouvernement, qui dans cette hypothèse est tout, deviendra-t-il un serviteur obéissant, un organe subalterne ? Comment le prince n' aurait-il reçu le pouvoir qu' afin de l' affaiblir, et travaillerait-il, en vue de l' ordre, à sa propre élimination ? Comment ne s' occupera-t-il pas plutôt de se fortifier, d' augmenter son personnel, d' obtenir sans cesse de nouveaux subsides, et finalement de s' affranchir de la dépendance

p315

du peuple, terme fatal de tout pouvoir sorti du peuple ? On dit que le peuple, nommant ses législateurs, et par eux notifiant sa volonté au pouvoir, sera toujours à même d' arrêter ses envahissements ; qu' ainsi le peuple remplira tout à la fois le rôle de prince et celui de souverain. Voilà en deux mots l' utopie des démocrates, l' éternelle mystification dont ils abusent le prolétariat. Mais le peuple fera-t-il des lois contre le pouvoir ; contre le principe d' autorité et de hiérarchie, qui est le principe de la société elle-même ; contre la liberté et la propriété ? Dans l' hypothèse où nous sommes, c' est plus qu' impossible, c' est contradictoire. Donc la propriété, le monopole , la concurrence, les priviléges industriels, l' inégalité des fortunes, la prépondérance du capital, la centralisation hiérarchique et écrasante, l' oppression administrative, l' arbitraire légal, seront conservés ; et comme il est impossible qu' un gouvernement n' agisse pas dans le sens de son principe, le capital restera comme auparavant le dieu de la société, et le peuple, toujours exploité, toujours avili, n' aura gagné à l' essai de sa souveraineté que la démonstration de son impuissance. En vain les partisans du pouvoir, tous ces doctrinaires dynastico -républicains qui ne diffèrent entre eux que sur la tactique, se flattent, une fois aux affaires, de porter partout la réforme. Quoi réformer ? Réformer la constitution ? -c' est impossible. Quand la nation en masse entrerait dans l' assemblée constituante , elle n' en sortirait qu' après avoir voté sous une autre forme sa servitude, ou décrété sa dispersion. Refaire le code, ouvrage de l' empereur, substance pure du droit romain et de la coutume ? -c' est impossible. Qu' avez-vous à mettre à la place de votre routine propriétaire, hors de laquelle vous ne voyez et n' entdez rien ? à la place de vos lois de monopole, dont votre imagination est impuissante à franchir le cercle ? Depuis plus d' un demi- siècle que la royauté et la démocratie, ces deux sibylles que nous a léguées le monde antique, ont entrepris, par une transaction constitutionnelle, d' accorder leurs oracles ; depuis que la sagesse du prince s' est mise à l' unisson de la voix du peuple, quelle révélation en est sortie ? Quel principe d' ordre a été découvert ? Quelle issue au labyrinthe du privilége indiquée ? Avant que prince et peuple eussent signé cet étrange compromis,

p316

en quoi leurs idées ne se ressemblaient-elles pas ? Et depuis que chacun d' eux s' efforce de rompre le pacte, en quoi diffèrent- elles ? Diminuer les charges publiques, répartir l' impôt sur une base plus équitable ? -c' est impossible : à l' impôt comme à l' armée, l' homme du peuple fournira toujours plus que son contingent. Réglementer le monopole, mettre un frein à la concurrence ? -c' est impossible ; vous tueriez la production. Ouvrir de nouveaux débouchés ? -c' est impossible. Organiser le crédit ? -c' est impossible. Attaquer l' hérédité ? -c' est impossible. Créer des ateliers nationaux, assurer, à défaut de travail, un minimum aux ouvriers ; leur assigner une part dans les bénéfices ? -c' est impossible. Il est de la nature du gouvernement de ne pouvoir s' occuper du travail que pour enchaîner les travailleurs, comme il ne s' occupe des produits que pour lever sa dîme. Réparer, par un système d' indemnité, les effets désastreux des machines ? -c' est impossible. Combattre par des règlements l' influence abrutissante de la division parcellaire ? -c' est impossible. Faire jouir le peuple des bienfaits de l' enseignement ? -c' est impossible. établir un tarif des marchandises et des salaires, et fixer par autorité souveraine la valeur des choses ? -c' est impossible, c' est impossible. De toutes les réformes que sollicite la société en détresse, aucune n' est de la compétence du pouvoir ; aucune ne peut être par lui réalisée, parce que l' essence du pouvoir y répugne, et qu' il n' est pas donné à l' homme d' unir ce que Dieu a divisé. Au moins, diront les partisans de l' initiative gouvernementale, vous reconnaîtrez que pour accomplir la révolution promise par le développement des antinomies, le pouvoir serait un auxiliaire puissant. Pourquoi donc vous opposer à une réforme qui, mettant le pouvoir aux mains du peuple, seconderait si bien vos vues ? La réforme sociale est le but ; la réforme politique est l' instrument :

p317

pourquoi, si vous voulez la fin, repoussez-vous le moyen ? Tel est aujourd' hui le raisonnement de toute la presse démocratique, à qui je rends grâce de toute mon âme d' avoir enfin, par cette profession de foi quasi socialiste, proclamé elle-même le néant de ses théories. C' est donc au nom de la science que la démocratie réclame, pour préliminaire à la réforme sociale, une réforme politique. Mais la science protste contre ce subterfuge pour elle injurieux ; la science répudie toute alliance avec la politique, et bien loin qu' elle en attende le moindre secours, c' est par la politique qu' elle doit commencer l' oeuvre de ses exclusions. Combien l' esprit de l' homme a peu d' affinité pour le vrai ! Quand je vois la démocratie, socialiste de la veille, demander sans cesse, pour combattre l' influence du capital, le capital ; pour remédier à la misère, la richesse ; pour organiser la liberté, l' abandon de la liberté ; pour réformer la société, la réforme du gouvernement : quand je la vois, dis-je, se charger de la société, pourvu que les questions sociales soient écartées ou résolues : il me semble entendre une diseuse de bonne aventure qui, avant de répondre aux demandes de ses consultants, commence par s' enquérir de leur âge, de leur état, de leur famille, de tous les accidents de leur vie. Eh ! Misérable sorcière, si tu connais l' avenir, tu sais qui je suis et ce que je veux ; pourquoi me le demandes-tu ? Je répondrai donc aux démocrates : si vous connaissez l' usage que vous devez faire du pouvoir, et si vous savez comment le pouvoir doit être organisé, vous possédez la science économique. Or, si vous possédez la science économique, si vous avez la clef de ses contradictions, si vous êtes en mesure d' organiser le travail, si vous avez étudié les lois de l' échange, vous n' avez pas besoin des capitaux de la nation ni de la force publique. Vous êtes, dès aujourd' hui, plus puissants que l' argent, plus forts que le pouvoir. Car, puisque les travailleurs sont avec vous, vous êtes par cela seul maîtres de la production ; vous tenez enchaînés le commerce, l' industrie et l' agriculture ; vous disposez de tout le capital social ; vous êtes les arbitres de l' impôt ; vous bloquez le pouvoir, et vous foulez aux pieds le monopole. Quelle autre initiative, quelle autorité plus grande réclamez-vous ? Qui vous empêche d' appliquer vos théories ? Certes, ce n' est pas l' économie politique, quoique généralement

p318

suivie et accréditée : puisque tout, dans l' économie politique, ayant un côté vrai et un côté faux, le problème se réduit pour vous à combiner les éléments économiques de telle sorte que leur ensemble ne présente plus de contradiction. Ce n' est pas non plus la loi civile : puisque cette loi, consacrant la routine économique uniquement à cause de ses avantages et malgré ses inconvénients, est susceptible, comme l' économie politique elle- même, de se plier à toutes les exigences d' une synthèse exacte, et que par conséquent elle vous est on ne peut plus favorable. Enfin, ce n' est pas le pouvoir, qui, dernière expression de l' antagonisme, et créé seulement pour défendre la loi, ne pourrait vous faire obstacle qu' en s' abjurant. Qui donc, encore une fois , vous arrête ? Si vous possédez la science sociale, vous savez que le problème de l' association consiste à organiser, non- seulement les improductifs : il reste, grâce au ciel, peu de chose à faire de ce côté-là ; mais encore les producteurs , et , par cette organisation, à soumettre le capital et subalterniser le pouvoir. Telle est la guerre que vous avez à soutenir : guerre du travail contre le capital ; guerre de la liberté contre l' autorité ; guerre du producteur contre l' improductif ; guerre de l' égalité contre le privilége. Ce que vous demandez, pour conduire la guerre à bonne fin, est précisément ce contre quoi vous devez combattre. Or, pour combattre et réduire le pouvoir, pour le mettre à la place qui lui convient dans la société, il ne sert à rien de changer les dépositaires du pouvoir, ni d' apporter quelque variante dans ses manoeuvres : il faut trouver une combinaison agricole et industrielle au moyen de laquelle le pouvoir, aujourd' hui dominateur de la société, en devienne l' esclave. Avez-vous le secret de cette combinaison ? Mais que dis- je ? Voilà précisément à quoi vous ne consentez pas. Comme vous ne pouvez concevoir la société sans hiérarchie, vous vous êtes faits les apôtres de l' autorité ; adorateurs du pouvoir, vous ne songez qu' à fortifier le pouvoir et à museler la liberté ; votre maxime favorite est qu' il faut procurer le bien du peuple malgré le peuple ; au lieu de procéder à la réforme sociale par l' extermination du pouvoir et de la politique, c' est une reconstitution du pouvoir et de la politique qu' il vous faut. Alors, par une

p319

série de contradictions qui prouvent votre bonne foi, mais dont les vrais amis du pouvoir, les aristocrates et les monarchistes, vos compétiteurs, connaissent bien l' illusion, vous nous promettez, de par le pouvoir, l' économie dans les dépenses, la répartition équitable de l' impôt, la protection au travail, la gratuité de l' enseignement, le suffrage universel, et toutes les utopies antipathiques à l' autorité et à la propriété. Aussi le pouvoir, en vos mains, n' a jamais fait que péricliter : et c' est pour cela que vous n' avez jamais pu le retenir, c' est pour cela qu' au I 8 brumaire il a suffi de quatre hommes pour vous l' enlever, et qu' aujourd' hui la bourgeoisie, qui aime comme vous le pouvoir, et qui veut un pouvoir fort, ne vous le rendra pas. Ainsi le pouvoir, instrument de la puissance collective, créé dans la société pour servir de médiateur entre le travail et le privilége, se trouve enchaîné fatalement au capital et dirigé contre le prolétariat. Nulle réforme politique ne peut résoudre cette contradiction, puisque, de l' aveu des politiques eux-mêmes , une pareille réforme n' aboutirait qu' à donner plus d' énergie et d' extension au pouvoir, et qu' à moinse renverser la hiérarchie et de dissoudre la société, le pouvoir ne saurait toucher aux prérogatives du monopole. Le problème consiste donc, pour les classes travailleuses, non à conquérir, mais à vaincre tout à la fois le pouvoir et le monopole, ce qui veut dire à faire surgir des entrailles du peuple, des profondeurs du travail , une autorité plus grande, un fait plus puissant, qui enveloppe le capital et l' état, et qui les subjugue. Toute proposition de réforme qui ne satisfait point à cette condition n' est qu' un fléau de plus, une verge en sentinelle, Virgam Vigilantem, disait un prophète, qui menace le prolétariat. Le couronnement de ce système est la religion. Je n' ai point à m' occuper ici de la valeur philosophique des opinions religieuses, à raconter leur histoire, à en chercher l' interprétation. Je me borne à considérer l' origine économique de la religion, le lien secret qui la rattache à la police, la place qu' elle occupe dans la série des manifestations sociales. L' homme, désespérant de trouver l' équilibre de ses puissances, s' élance pour ainsi dire hors de soi et cherche dans l' infini cette harmonie souveraine, dont la réalisation est pour lui le plus haut degré de la raison, de la force et du bonheur. Ne pouvant s' accorder

p320

avec lui-même, il s' agenouille devant Dieu, et prie. Il prie, et sa prière, hymne chanté à Dieu, est un blasphème contre la société. C' est de Dieu, se dit l' homme, que me vient l' autorité et le pouvoir : donc, obéissons à Dieu et au prince. / ... /. -c' est de Dieu que me viennent la loi et la justice, / ... / : respectons ce qu' a dit le législateur et le magistrat. C' est Dieu qui fait prospérer le travail, qui élève et renverse les fortunes : que sa volonté s' accomplisse ! /... /. C' est Dieu qui me châtie quand la misère me dévore, et que je souffre persécution pour la justice : recevons avec respect les fléaux dont sa miséricorde se sert pour nous purifier : /... /. Cette vie, que Dieu m' a donnée, n' est qu' une épreuve qui me conduit au salut : fuyons le plaisir ; aimons, recherchons la douleur ; faisons nos délices de la pénitence. La tristesse qui vient de l' injustice est une grâce d' en haut ; heureux ceux qui pleurent ! /... /. Il y a un siècle qu' un missionnaire, prêchant devant un auditoire composé de financiers et de grands seigneurs, faisait justice de cette odieuse morale. " qu' ai-je fait ? S' écriait-il avec larmes. J' ai contristé les pauvres, les meilleurs amis de mon dieu ! J' ai prêché les rigueurs de la pénitence devant des malheureux qui manquaient de pain ! C' est ici, où mes regards ne tombent que sur des puissants et sur des riches, sur des oppresseurs de l' humanité souffrante, que je devais faire éclater la parole de Dieu dans toute la force de son tonnerre ! ... " reconnaissons toutefois que la théorie de la résignation a servi la société en empêchant la révolte. La religion, consacrant par le droit divin l' inviolabilité du pouvoir et du privilége, a donné à l' humanité la force de continuer sa route et d' épuiser ses contradictions. Sans ce bandeau jeté sur les yeux du peuple, la société se fût mille fois dissoute. Il fallait que quelqu' un souffrît pour qu' elle fût guérie ; et la religion, consolatrice des affligés, a décidé le pauvre à souffrir. C' est cette souffrance qui nous a conduits où nous sommes ; la civilisation, qui doit au travailleur toutes ses merveilles, doit encore à son sacrifice volontaire son avenir et son existence. /... /.

p321

ô peuple de travailleurs ! Peuple déshérité, vexé, proscrit ! Peuple qu' on emprisonne, qu' on juge et qu' on tue ! Peuple bafoué, peuple flétri ! Ne sais-tu pas qu' il est un terme, même à la patience, même au dévouement ? Ne cesseras-tu de prêter l' oreille à ces orateurs du mysticisme qui te disent de prier et d' attendre, prêchant le salut tantôt par la religion, tantôt par le pouvoir, et dont la parole véhémente et sonore te captive ? Ta destinée est une énigme que ni la force physique, ni le courage de l' âme, ni les illuminations de l' enthousiasme, ni l' exaltation d' aucun sentiment, ne peuvent résoudre. Ceux qui te disent le contraire te trompent, et tous leurs discours ne servent qu' à reculer l' heure de ta délivrance, prête à sonner. Qu' est-ce que l' enthousiasme et le sentiment, qu' est-ce qu' une vaine poésie, aux prises avec la nécessité ? Pour vaincre la nécessité, il n' y a que la nécessité même, raison dernière de la nature, pure essence de la matière et de l' esprit. Ainsi la contradiction de la valeur, née de la nécessité du libre arbitre, devait être vaincue par la proportionnalité de la valeur, autre nécessité que produisent par leur union la liberté et l' intelligence. Mais, pour que cette victoire du travail intelligent et libre produisît toutes ses conséquences, il était nécessaire que la société traversât une longue péripétie de tourments. Il y avait donc nécessité que le travail, afin d' augmenter sa puissance, se divisât ; et, par le fait de cette division, nécessité de dégradation et d' appauvrissement pour le travailleur. Il y avait nécessité que cette division primordiale se reconstituât en instruments et combinaisons savantes ; et nécessité, par cette reconstruction, que le travailleur subalternisé perdît, avec le salaire légitime, jusqu' à l' exercice de l' industrie qui le nourrissait. Il y avait nécessité que la concurrence vînt alors émanciper la liberté prête à périr ; et nécessité que cette délivrance aboutît à une vaste élimination des travailleurs. Il y avait nécessité que le producteur, ennobli par son art, comme autrefois le guerrier l' était par les armes, portât haut sa bannière, afin que la vaillance de l' homme fût honorée dans le travail comme à la guerre ; et nécessité que du privilége naquît aussitôt le prolétariat. Il y avait nécessité que la société prît alors sous sa protection le

p322

plébéien vaincu, mendiant et sans asile ; et cessité que cette protection se convertît en une nouvelle série de supplices. Nous rencontrerons sur notre route encore d' autres nécessités, qui toutes disparaîtront, comme les premières, sous des nécessités plus grandes, jusqu' à ce que vienne enfin l' équation générale, la nécessité suprême, le fait triomphateur, qui doit établir le règne du travail à jamais. Mais cette solution ne peut sortir ni d' un coup de main, ni d' une vaine transaction. Il est aussi impossible d' associer le travail et le capital, que de produire sans travail et sans capital ; -aussi impossible de créer l' égalité par le pouvoir, que de supprimer le pouvoir et l' égalité , et de faire une société sans peuple et sans police. Il faut, je le répète, qu' une force majeure intervertisse les formules actuelles de la société ; que ce soit le travail du peuple, non sa bravoure ni ses suffrages, qui, par une combinaison savante, légale, immortelle, inéluctable, soumette au peuple le capital et lui livre le pouvoir.

p323

De la responsabilité de l' homme et de Dieu, sous la loi de contradiction, ou solution du problème de la providence. Les anciens accusaient de la présence du mal dans le monde la nature humaine. La théologie chrétienne n' a fait que broder à sa façon sur ce thème ; et comme cette théologie résume toute la période religieuse qui depuis l' origine de la société s' étend jusqu' à nous, on peut dire que le dogme de la prévarication originelle, ayant pour lui l' assentiment du genre humain, acquiert par cela même le plus haut degré de probabilité. Ainsi, d' après tous les témoignages de l' antique sagesse, chaque peuple défendant comme excellentes ses propres institutions et les glorifiant, ce n' est point aux religions, ni aux gouvernements, ni aux coutumes traditionnelles accueillies par le respect des générations, qu' il faut faire remonter la cause du mal, mais bien à une perversion primitive, à une sorte de malice congéniale de la volonté de l' homme. Quant à savoir comment un être a pu se pervertir et se corrompre d' origine , les anciens se tiraient de cette difficulté par des apologues : la pomme d' ève et la boîte de Pandore sont restées célèbres parmi leurs solutions symboliques. Non-seulement donc l' antiquité avait posé dans ses mythes la question de l' origine du mal ; elle l' avait résolue par un autre mythe, en affirmant sans hésiter la criminalité ab ovo de notre espèce. Les philosophes modernes ont élevé contrairement au dogme chrétien un dogme non moins obscur, celui de la dépravation de la

p324

société. l' homme est né bon, s' écrie Rousseau dans son style péremptoire ; mais la société, c' est-à-dire les formes et les institutions de la société, le dépravent . C' est en ces termes que s' est formulé le paradoxe, ou, pour mieux dire, la protestation du philosophe de Genève. Or, il est évident que cette idée n' est que le renversement de l' hypothèse antique. Les anciens accusaient l' homme individuel ; Rousseau accuse l' homme collectif : au fond, c' est toujours la même proposition, une proposition absurde. Toutefois, malgré l' identité fondamentale du principe, la formule de Rousseau, précisément parce qu' elle était une opposition, était un progrès : aussi fut -elle accueillie avec enthousiasme, et devint-elle le signal d' une réaction pleine d' antilogies et d' inconséquences. Chose singulière ! C' est à l' anathème fulminé par l' auteur d' émile contre la société que remonte le socialisme moderne. Depuis soixante-dix ou quatre-vingts ans, le principe de la perversion sociale a été exploité et popularisé par divers sectaires, qui, tout en copiant Rousseau, repoussent de toutes leurs forces la philosophie anti-sociale de cet écrivain, sans s' apercevoir que par cela seul qu' ils aspirent à réformer la société, ils sont aussi insociaux ou insociables que lui. C' est un curieux spectacle de voir ces pseudo-novateurs, condamnant à la suite de Jean-Jacques monarchie, démocratie, propriété, communauté, tien et mien, monopole, salariat, police, impôt, luxe , commerce, argent, en un mot tout ce qui fait la société, et sans quoi la société ne peut se concevoir ; puis, accusant de misanthropie et de paralogisme ce même Jean-Jacques, parce qu' après avoir aperçu le néant de toutes les utopies, en même temps qu' il signalait l' antagonisme de la civilisation, il avait rigoureusement conclu contre la société, tout en reconnaissant que hors de la société il n' y avait point d' humanité. Je conseille de relire l' émile et le contrat social à ceux qui, sur la foi des calomniateurs et des plagiaires, s' imaginent que Rousseau n' avait embrassé sa thèse que par un vain désir de singularité. Cet admirable dialecticien avait été conduit à nier la société au point de vue de la justice, bien qu' il fût forcé de l' admettre comme nécessaire ; de la même manière que nous, qui croyons à un progrès indéfini, nous ne cessons de nier, comme normale et définitive, la condition actuelle de la société. Seulement, tandis que

p325

Rousseau, par une combinaison politique et un système d' éducation à lui, s' efforçait de rapprocher l' homme de ce qu' il appelait la nature , et qui était pour lui l' idéal de la société ; instruits à une école plus profonde, nous disons que la tâche de la société est de résoudre sans cesse ses antinomies, chose dont Rousseau ne pouvait avoir l' idée. Ainsi, à part le système maintenant abandonné du contrat social , et pour ce qui touche seulement à la critique, le socialisme, quoi qu' il dise, est encore dans la même position que Rousseau, forcé de réformer sans cesse la société, c' est-à-dire de la nier perpétuellement. Rousseau, en un mot, n' a fait que déclarer d' une manière sommaire et définitive ce que les socialistes redisent en détail et à chaque moment du progrès, savoir, que l' ordre social est imparfait, et que quelque chose y manque toujours. L' erreur de Rousseau n' est pas, ne peut pas être dans cette négation de la société : elle consiste, comme nous allons le faire voir, en ce qu' il ne sut point suivre son argumentation jusqu' à la fin, et nier tout à la fois la société, l' homme et Dieu. Quoi qu' il en soit, la théorie de l' innocence de l' homme, corrélative à celle de la dépravation de la société, a fini par prévaloir. L' immense majorité du socialisme, Saint-Simon, Owen, Fourier, et leurs disciples ; les communistes, les démocrates, les progressistes de toute espèce, ont solennellement répudié le mythe chrétien de la chute pour y substituer le système d' une aberration de la société. Et comme la plupart de ces sectaires, malgré leur impiété flagrante, étaient encore trop religieux, trop dévots pour achever l' oeuvre de Jean-Jacques et faire remonter jusqu' à Dieu la responsabilité du mal, ils ont trouvé moyen de déduire de l' hypothèse de Dieu le dogme de la bonté native de l' homme, et ils se sont mis à fulminer de plus belle contre la société. Les conséquences théoriques et pratiques de cette réaction furent que , le mal, c' est-à-dire l' effet de la lutte intérieure et extérieure, étant chose de soi anormale et transitoire, les institutions pénitencières et répressives sont également transitoires ; qu' en l' homme il n' y a pas de vice natif, mais que le milieu où il vit a dépravé ses inclinations ; que la civilisation s' est trompée sur ses propres tendances ; que la contrainte est immorale, que nos passions sont saintes ; que la jouissance est sainte, et doit être recherchée comme

[ P.-P. Prud'hon  ] [ Mémoires  ] [ J.-B.-V. Proudhon  ] [ Chasnans  ]
point.jpg (692 octets) JPPHome-CH ] [ P.-J. Proudhon ] [ boule.gif (133 octets) Œuvres P.-J. P. ] [ Généalogie ]
J.-P. Proudhon  ] [ F. Proudhon   ] [ Sommaire   ] [ index ]

Pour toute question ou remarque concernant ce site Web, envoyez un email à Jean-Pierre.Proudhon@wanadoo.fr Copyright © 1998 Proudhon  Dernière modification : 01 octobre 1998